Les outils de l’autoconstructeur

Se lancer dans une autoconstruction en ossature bois nécessite un peu de matériel. Je vais lister ci dessous par ordre alphabétique les outils dont on ne peut pas vraiment se passer, comment les choisir et le budget à prévoir.

Tout d’abord, si vous vous lancez dans un tel projet, je suppose que vous avez un bon niveau de bricolage donc déjà quelques outils. Pour que votre projet ne devienne pas un cauchemar, je ne peux que vous conseiller d’investir dans du matériel de qualité. Ce matériel ne vous lâchera pas à la première utilisation, vous trouverez facilement des pièces de rechange (batteries par exemple) et, si vous le souhaitez, vous pourrez plus facilement le revendre en fin de chantier. Certaines tâches peuvent cependant être réalisées par des outils « premier prix » : mon mélangeur d’enduit est une simple perceuse à 8€. Ça fume un peu et ça chauffe beaucoup mais je n’aurais jamais investi plusieurs centaines d’euros dans du matériel « pro » pour m’en servir 4 ou 5 jours.

Voici donc un tour d’horizon des outils que j’ai utilisé sur mes deux premières maisons :

Bétonnière:

Déjà ne vous faites pas « avoir » par les descriptifs des magasins. N’imaginez surtout pas qu’une bétonnière de 160 litres peut réellement malaxer et préparer 160 litres de béton. C’est la contenance de la cuve qui est donnée. Une telle bétonnière préparera au mieux la moitié soit 80 litres de béton. Au delà, ça déborde et on passe son temps à ramasser.
D’autre part, au delà d’un certain volume (3 mètres cubes pour moi mais ça dépend des personnes), je ne me pose pas de question et je fais passer une toupie. C’est le cas notamment des fondations et des dalles de plancher. Certes c’est un peu plus cher mais le gain de temps et d’effort est considérable. Privilégier alors un déchargement au tapis (voir avec la centrale à béton pour s’assurer que le chantier est accessible), cela permet de réaliser les fondations seul. Pour une dalle, mieux vaut être deux.
Si vous travaillez seul, une petite bétonnière de 160 litres est largement suffisante. Inutile de préparer trop de mortier à l’avance surtout lorsqu’on monte des murs en parpaing, le mortier sèche et devient vite pénible à travailler. De plus, on n’est jamais à l’abri d’un problème ou d’un changement brutal de temps qui oblige à s’arrêter.
Pour un vide sanitaire, compter entre 3 jours et une petite semaine de travail. Si vous n’avez que cela à réaliser (ossature bois par exemple), la solution est sûrement d’emprunter la bétonnière. Beaucoup de gens en ont une qui ne sert jamais.
Pour une maison complète en parpaings, investissez. Une 160 litres vaut entre 220 et 280 euros (la mienne a été achetée 240 euros chez Brico Dépot).
Surtout à la fin de chaque journée (ou mieux demie journée), nettoyer la cuve à grande eau, gratter tout ce qui aurait pu adhérer. Évitez la technique qui consiste à taper sur la cuve avec un marteau, moteur en fonctionnement, pour décoller les restes. La peinture extérieure s’écaille et l’axe n’apprécie que très moyennement (ma première 125 litres a fini à la déchetterie à cause de ça).

Ceinture porte outils:

ceintureIndispensable pour celui qui travaille seul. Prendre un modèle permettant d’accrocher au minimum un marteau et la visseuse et disposant d’une poche pour mettre les clous et les vis.

Cloueur et compresseur:

cloueurPour une ossature bois, le cloueur est réellement indispensable. Il doit pouvoir enfoncer des pointes de 90mm pour assembler les bois d’ossature (45x145mm) et 50mm pour clouer le voile de contreventement (osb3 9mm ou 12mm selon entraxe).
Avant de vous décider sur un modèle, pensez à l’achat des consommables. Comme pour une imprimante, les consommables reviennent bien plus chers que la machine.
Si vous prévoyez de clouer des connecteurs métalliques ou des sabots, vérifiez qu’un « nez » adapté est livré avec la machine.
J’ai opté pour un cloueur Bostich F21PL acheté sur amazon Etats Unis (.com). Livré en 5 jours et à un tarif très inférieur au marché français (215 euros livré contre 450 en France, le taux de change n’explique pas tout).
Mes clous proviennent de chez FTFI. Boutique extrêmement sérieuse et contact très agréable. Ils ont remué ciel et terre pour me livrer dans les temps malgré de grosses difficultés pour cause de changement de logiciel chez Bostitch. Ça devient tellement rare de trouver des vendeur compétents surtout avec un particulier qui passe de « petites » commandes que je met le lien vers leur boutique: http://www.ftfi.fr/
Avant d’utiliser le cloueur, achetez impérativement un mini graisseur à visser entre le cloueur et le tuyau d’arrivée d’air et veillez à compléter son niveau chaque jour. Même avec cela, le cloueur chauffe pas mal lorsqu’on cloue les voiles de contreventement.
Ne surtout pas acheter de clous de 45mm pour ce cloueur. C’est une erreur de conversion dans la notice (pouces/cm). Le cloueur parvient à les mettre mais en rate environ un sur trois, grosse perte de temps !!
Pour le compresseur, un modèle d’entrée de gamme 50 litres est un peu juste. Préférez un modèle 100 litres minimum qui vous donnera une plus grande autonomie.
Pour tout bricoleur, un achat semble être nécessaire, il servira toujours (gonflage des pneus de la voiture, nettoyage de l’ordinateur…)
Là encore, vérifiez régulièrement le niveau d’huile et pensez à purger la cuve un coup de temps en temps (il y a une vis sous la cuve. Videz la cuve complètement avant de dévisser!). En se comprimant, l’air « rend » son humidité et celle ci stagne dans la cuve et finit par la faire rouiller. Si vous utilisez un matériel un peu ancien, au moindre doute de rouille perforante, NE PLUS L’UTILISER. Une cuve gonflée à 10 bars qui lâche peut occasionner de très graves blessures.

Défonceuse:

DSC_7493Si vous n’envisagez pas de réaliser vous même une charpente tradi, un modèle d’entrée de gamme peut suffire. Cette machine ne vous servira qu’à réaliser des rainures pour permettre de coller les bandes de mousse (compribande) assurant l’étanchéité à l’air et à l’eau. Idéalement, ces rainures ne feront que 2 à 3 mm de profondeur.
Selon les assemblages, il est parfois difficile voir impossible de réaliser ces rainures après la fabrication du mur, avoir en permanence la machine sous la main est donc intéressant. Pour cela, je ne peux que conseiller de l’acheter.
Une machine avec un guide est un plus non négligeable.
Pour utiliser pleinement cette machine, acheter une fraise de qualité (pas les lots premiers prix à 15 euros, ma fraise au carbure de diamètre 20 vaut à elle seule ce prix là). Une fraise de mauvaise qualité s’émousse très vite, ne coupe plus (on doit forcer sur la machine) et on risque de griller la machine.
Si vous êtes bon bricoleur, achetez plutôt une machine de marque qui durera plus longtemps et restera précise (les premiers prix prennent du jeu). J’ai une Bosch 1200W dont je suis très satisfait hormis le levier de verrouillage de profondeur qui a tendance à se desserrer avec les vibrations. La led qui éclaire la zone de travail peut paraître accessoire mais apporte un réel confort d’utilisation.

Escabeau et échelles:

Pour tous les travaux intérieurs, un simple 3 marches léger et peu encombrant est très pratique. L’avantage du 3 marches et la grande taille du dernier plateau. Cela permet de travailler tout en posant le matériel nécessaire (boîte de vis, pince à chevilles Molly…). Prendre le plus léger possible car on le déplace très souvent surtout lors du vissage des suspentes et des plaques de plâtre au plafond.
Pour l’échelle, outre un prix assez dissuasif, il faut penser qu’après l’avoir utilisée vous allez devoir la stocker. De plus, vous allez très peu l’utiliser. Mieux vaut donc l’emprunter ou la louer. Je déconseille fortement l’achat des échelles premier prix qui donnent l’impression d’être en guimauve et se déforment au fur et à mesure que vous grimpez. Personnellement, arrivé à 9 mètres de haut, me faire balancer d’avant en arrière à cause de la souplesse de l’échelle me fait redescendre dare dare.
Si vous avez une façade entière à réaliser, vous pouvez toujours demander à un couvreur de vous louer et monter un échafaudage. Travailler en sécurité n’a pas de prix et la sécurité est le seul poste sur lequel je n’économise pas.

Lève plaques:

DSC_7499Pas indispensable si on est plusieurs pour poser les plaques de plâtre au plafond mais incontournable si on est seul. Ne surtout pas acheter ce matériel. Un petit tour sur «le bon coin » vous permettra d’en trouver une grande quantité à la location.
Si tout a été bien préparé en amont la pose de ces plaques ne devrait pas vous demander très longtemps (chez moi : rdc+étage soit 147m² en 3 jours). A 8 ou 10 euros la journée c’est beaucoup de fatigue en moins pour un coût très limité.

Niveau à eau :

niveau à eauUn outil que j’ai découvert lors de ma première autoconstruction. Acheté une bouchée de pain (6 euros en promo) sans certitude de m’en servir, c’est devenu un indispensable Tellement plus précis que le laser !!! Seul inconvénient, il vaut mieux être 2 pour l’utiliser.
Petite astuce : quelques gouttes de colorant dans l’eau aident à mieux voir le niveau d’eau dans les fioles quand on est en plein soleil.
Autre astuce : pour relever le niveau d’un terrain ou d’une dalle, fixer les fioles (ruban adhésif fort ou colliers de serrage) sur des bois d’un mètre cinquante de longueur : le niveau d’eau est ainsi à hauteur des yeux.

Outil vibrant multifonctions:

vibrantEncore un outil assez utile. On peut faire sans mais c’est beaucoup plus long. Le mien a coupé tout le bardage pvc (à la scie sauteuse ça casse). Très utile aussi pour découper un carré dans du placo, on attaque directement de face. Attention, sur ma machine (black et decker) un triangle de ponçage auto-agrippant était livré. C’est une vraie cochonnerie. Après moins de 2 heures de ponçage, l’auto-agripant était lisse donc inutilisable.

Attention, si vous utilisez cet outil pour faire des découpes dans du placo, n’hésitez pas à le démonter et à lui passer un coup de soufflette régulièrement.

Perceuse visseuse à percussion filaire:

En complément de la visseuse sans fil, une bonne perceuse à percussion est très utile. Choisir un modèle développant un très gros couple. Cet outil pourra ainsi servir à fixer la semelle dans le béton mais aussi à fixer les murs entre eux avec des tire-fonds.
Ma Metabo enfonce des tire-fonds de diamètre 8 sans avant trou et des diamètre 10 avec avant trou. Dans les deux cas, je vérifie ou complète le serrage à la main.
Pour les novices, vérifiez toujours que la poignée latérale est correctement serrée et toujours la maintenir fermement. Le couple est tel que si la machine se bloque (foret pris dans une armature par exemple) et que vous tenez mal la poignée, c’est votre poignet qui risque de casser.

Perforateur:

DSC_7494Cet outil peut être utile surtout en début de chantier car il permet de fixer la semelle bois de l’ossature dans la dalle ou l’arase béton. L’avantage est que emmanchement SDS évite d’être obligé de forcer pour maintenir le foret sur le mandrin. Si le chantier est bien préparé, vous n’en aurez besoin qu’une bonne demie journée (bois déjà coupés à longueur et emplacements repérés). C’est donc un outil à emprunter.

Radio de chantier:

DSC_7498C’est l’outil indispensable par excellence. Pas de chantier sans musique.

Rallonge de mèche plate:

DSC_7714Accompagnée d’un lot de mèches plates, elle est nécessaire pour percer à travers les poutres (passage de gaines par exemple) et les madriers (boulons de charpente).
Attention à ne pas forcer sur le serrage des deux petites vis 6 pans au risque de détruire le filetage.
Ne pas utiliser de mèches plates d’un diamètre inférieur à 16mm sinon la partie de vis sortant du filetage empêche l’entrée de la rallonge dans le bois.

Scie circulaire:

DSC_7488Un des incontournables de l’ossature bois. Une machine de bonne marque est nécessaire. Compte tenu du temps d’utilisation, l’achat est la seule solution.
Le principal critère de choix est la profondeur de coupe. Si vous avez un plancher bois, il faut impérativement une machine avec une profondeur de coupe supérieur à 75mm (un madrier). Une machine avec une capacité de coupe inférieure obligera a réaliser la coupe en 2 fois (2 manipulations du madrier au lieu d’une, manque de précision de la coupe) ou à finir à la main (perte de temps et de précision). La puissance ne devra pas être inférieure à 1200 W.
Attention, sur ma machine (Makita), la protection rétractable de lame avait tendance à se gripper et laissait la lame sans protection après la coupe. Cela est extrêmement dangereux lorsqu’on repose la machine juste après. Dans le meilleur des cas on entame le sol (et les plaquettes carbure n’aiment pas le béton). Dans le pire des cas, c’est votre pied qui arrête la lame (voir l’article sur la sécurité). Vérifiez donc régulièrement cette protection et au besoin démontez, retendez le ressort de rappel et tartinez généreusement de lubrifiant.
Indispensable également une lame de débit (24 ou 48 dents au carbure). Compter environ 40 euros pièce. Pour une maison entière, commandez 2 lames directement car l’OSB est assez abrasif.

Visseuse sur batterie:

DSC_7496Travailler sans « fil à la patte » est un confort très appréciable. Entre le placo, les suspentes, le plancher et le bardage, vous allez mettre plusieurs dizaines de kilos de vis. Mieux vaut donc investir dans une visseuse de qualité. Les 3 critères de choix sont le couple (la force), le poids et l’autonomie. Mon choix s’est porté sur la Makita BDF453. Ce modèle est en 18 volts (couple important) avec des batteries Lithium Ion (poids faible : 1,6kg) et elle est livrée avec 3 batteries. Avantage : la charge est assez rapide, un vingtaine de minutes suffit. J’ai trouvé le prix (environ 210 euros) très correct compte tenu de la qualité.
Si vous optez pour un autre modèle, fuyez les marques peu/pas connues pour lesquelles vous ne trouverez pas de batteries de rechange.

 

Ce très long article est maintenant terminé. Si vous pensez que j’ai oublié quelque chose ou souhaitez apporter une précision, n’hésitez pas à commenter.
Mon prochain article parlera de la sécurité et des protections dans l’autoconstruction. Si vous avez des idées, faites le moi savoir.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire