Isolation Thermique Extérieure (ITE)

Aujourd’hui je vais vous montrer comment réaliser très simplement et sans réelles connaissances une isolation thermique extérieure.

L’isolation thermique extérieure est très en vogue en ce moment. Crise oblige, chacun veut réaliser des économies de chauffage. C’est aussi une excellente occasion pour donner un « coup de jeune » à un mur existant. En effet, la méthode que je décris peut s’appliquer aussi bien sur un mur neuf en parpaings bruts ou sur un enduit déjà existant sans avoir à passer par la case grattage. Enfin, c’est une source d’économie non négligeable car l’ensemble (isolation+bardage) réalisé par vous même vous reviendra très nettement moins cher qu’un enduit réalisé par un « pro ».

 

1) L’ossature et l’isolant:

J’ai choisi d’isoler à l’aide d’un polystyrène extrudé de 40mm. Je vais donc créer une ossature en bois de section 40×40.

On part donc d’un mur en parpaings bruts (a peu près) droit.

parpaingsPour commencer, réaliser l’encadrement des ouvertures. Pour ne pas fragiliser les joints de parpaing, j’utilise des équerres pour maintenir le cadre en place. Ces équerres sont reprises d’une part dans le bois avec des vis 4×40 et d’autre part dans le béton avec des chevilles S6 et des vis 4×40 ou 4×60.

DSC02916 (Medium)

Très important: je conseille vivement l’utilisation de vis avec empreinte « étoile » (Torx). Un peu plus chères que les cruciformes, la différence de prix sera vite compensée par la facilité de vissage, même à bout de bras.

Le bas des cadres doit correspondre précisément au départ du bardage.

On procède de la même manière pour les angles de la maison. Pour aligner tous ces bois, je n’ai rien trouvé de mieux que le niveau à eau. Très peu cher (le mien m’a coûté environ 10 euros en promos) et d’un précision redoutable par rapport aux niveaux lasers qui n’affichent une précision « que » de 0,4mm/m soit quand même 5mm d’erreur sur un bâtiment de 12m.

Si la longueur entre deux de ces bois est supérieur à la longueur de votre plaque de polystyrène (3m dans mon cas), il faut ajouter d’autres montants en veillant à les espacer précisément de la longueur  de votre plaque d’isolant.

Dans mon cas, le pignon mesurant 8,4m. j’ai 2,62m entre le montant de coin et le montant suivant puis 3m et enfin à nouveau 2,62m.

Une fois ces montants posés, on va couper d’autre bois qui vont venir se visser horizontalement entre eux, alignés avec le bas des montants. On visse ces bois avec des vis de 6×80 directement dans les joins de parpaing. Un avant trou est nécessaire pour ne pas éclater le bois. Ces bois constituent le départ de votre isolant.

alignement

Très important: l’alignement des bois est primordial pour un bel aspect du bardage, pour cela, je tends une ficelle (visible en bas de la photo) entre mes montants d’angle et je cale si besoin (avec un contreplaqué extérieur de 5mm) les montants intermédiaires avants de les visser.

On peut maintenant procéder au « remplissage ». Couper une plaque d’isolant à la largeur comprise entre les 2 premiers montants et la « poser ». Pour éviter au vent de pénétrer derrière l’isolant et aussi pour maintenir celui ci durant la pose, je réalise un cordon de mastic acrylique entre le bois et l’isolant. Il reste ensuite venir poser un bois au dessus du polystyrène après dépose d’un cordon d’acrylique sur le dessus de l’isolant. On presse fortement pour écraser le mastic et on visse de part et d’autre.

premier panneau

Lorsqu’on a plusieurs travées qui se suivent sur un même mur, la première plaque qu’on pose doit être recoupée en 2 dans le sens de la largeur (la hauteur une fois posée). Cela permet de visser les bois sans être embêté par l’isolant.

avant pignon

Très important: à ce stade du travail, allez vous asseoir et ouvrez une bière (avec modération, j’ai dit UNE). Vous avez fait la partie la plus pénible.

Quand vous serez parvenus à vous relever 2 heures 5 minutes plus tard, continuer comme ça jusqu’en haut.

façade isolée

2) Le pare pluie:

Afin d’éviter tout risque d’infiltration de pluie ou de condensation dans les bois, poser un film pare pluie.

J’utilise un pare pluie HPV (haute perméabilité à la vapeur) qui permet d’évacuer l’humidité naturelle du bois tout en empêchant l’eau d’entrer.

DSC02972 (Medium)Commencer par dérouler la longueur de la façade ou du pignon qu’on souhaite protéger augmentée d’environ 30 à 40 cm pour permettre un retour sur les autres murs.

Agrafer cette bande sur le mur en tendant bien et en s’arrangeant pour que le pare pluie dépasse de 40mm sous le bois. Agrafer ensuite ces 40mm sous le bois de départ afin d’éviter à celui ci d’être mouillé en cas de projections d’eau.

Dérouler à nouveau une bande et la poser avec un recouvrement d’au moins 10cm (sur mes rouleaux le recouvrement est marqué en pointillés).

Ne pas s’occuper des ouvertures pour le moment.

Ça y est, votre isolant est posé et protégé des intempéries.

pare pluie

3) Pose des liteaux:

Quel que soit le bardage choisi, celui ci devra être cloué ou vissé sur des liteaux afin de ménager une lame d’air. J’utilise des liteaux de 24×38 afin de respecter les préconisation du fabricant de bardage (il conseille 25mm de lame d’air).

Commencer par réaliser l’encadrement des ouvertures. Trouver ensuite l’espacement idéal entre deux liteaux selon le bardage. Dans mon cas, pour un bardage vinyl Flex, un entraxe de 50cm est autorisé. Par sécurité, je choisis un entraxe de 40cm.

Clouer le premier liteau sur l’angle puis les suivants en respectant l’entraxe choisi.

debut lattageCe lattage est à réaliser très rapidement après la pose du pare pluie pour éviter qu’un gros coup de vent n’arrache celui ci.

Les liteaux ont été posés au cloueur avec des clous galvanisés de 60mm mais rien n’empêche de les clouer au marteau.

4) Pose du bardage:

Si vous utilisez le même bardage que moi (pvc), commencez par poser les angles. Si vous posez un bardage bois, les angles seront à faire en dernier).

Posez une grille anti rongeurs pour éviter au souris de remonter derrière le bardage (et ruiner votre isolation). Personnellement, j’achète de la cornière pvc que je pose en applique sur les liteaux après avoir percé de (très très) nombreux trous pour laisser passer l’air. Cette solution me permet de recouvrir le bois jusqu’au parpaing et d’être ainsi plus esthétique quand on regarde de la descente de garage).

Posez ensuite le profil de départ légèrement saillant sous le bois (j’utilise une cale de 5mm pour laisser toujours le même débord).

Très important: si vous posez du bardage vinyl, n’utiliser que des vis inox et ne surtout pas les serrer pour permettre au bardage de se dilater lorsqu’il est en plein soleil.

Ensuite, tout devient vite monotone. On clipse la lame, on la vis et on recommence à la ligne au dessus.

pose bardageConseil: lorsque vous avez des ouvertures (portes, fenêtres…), pensez à régulièrement vérifier que vous montez de manière identique à droite et à gauche de l’ouverture (le bardage peut être légèrement forcé).

Pour cela, posez régulièrement une lame « à blanc » au travers de l’ouverture et vérifiez qu’elle se clipse bien des 2 côtés.

 

Arrivé en haut des façades, je pose un profil de finition. Je mesure ensuite la hauteur entre la dernière lame entière et le haut du profil de finition moins 5mm de jeu. Je découpe enfin la dernière lame à la bonne hauteur.

Pour avoir une belle finition le long du rampant des pignons, j’utilise un profil « J » que je pose en premier. Ainsi les lames viennent s’emboiter dedans et la coupe est cachée.

Le bardage est enfin fini. Pas fâché de redescendre de l’échafaudage.

presque fini

5) Les finitions

Il nous reste les ébrasements d’ouvertures à réaliser.

Pour cela, je commence par visser un « U » (qu’on utilise normalement pour les planches de sous face pvc) sur les menuiseries en haut et de chaque côté.

Je coupe ensuite une bande de PVC extrudé d’épaisseur 10mm à la largeur entre le fond du « U » et le bardage.

Je mets la bande en place au fond du « U » et je la visse sur le bois (le plus possible vers l’extérieur donc sur le liteau).

Je termine en collant une cornière PVC de manière à camoufler la tête de vis et les premiers centimètres de bardage.

ebrasements

6) Le résultat final (avant/après):

avant après

7) Le budget:

Le coût total de cette réalisation est de 4806 euros.

L’ensemble des dépenses est disponible ici: coût réel

A titre de comparaison, le plus petit devis d’enduiseur que j’avais était de plus de 6000€. J’ai donc réalisé une économie tout en m’assurant une meilleure isolation.

Ce très long article est maintenant terminé. Merci de l’avoir lu et j’espère qu’il vous apportera des réponses et l’envie de vous lancer. N’hésitez pas à commenter si vous avez des questions.

Be Sociable, Share!

4 réflexions sur “ Isolation Thermique Extérieure (ITE) ”

    1. Bonjour,
      Ce bardage vieillit très bien. C’est le même que celui utilisé sur un grand nombre de maisons au Québec. J’en ai posé sur un abri de jardin (test) il y a une bonne dizaine d’années et aucun souci. En cas de région humide, un peu de mousse se forme en bas des murs. Un simple coup d’éponge est alors conseillé par rapport au produit anti mousse qui fait mourir celle ci et laisse une marque noire dans les reliefs. Question choc, le fait qu’il soit assez souple lui évite de casser. Il se déforme puis reprend sa place.
      Bonne journée.

    1. Bonsoir, vous venez d’inaugurer les commentaire sur mon très jeune blog et je vous en remercie. Concernant l’isolant, la maison était finie et habitée depuis plusieurs mois. Nous pensions mettre un enduit comme tout le monde mais quand on a vu les prix et la difficulté de le faire bien soi même, on a fait marche arrière. Ayant posé ce bardage sur un abri de jardin quelques années avant (voir l’article), cette solution s’est naturellement imposée. C’est quand un copain est venu à la maison et qu’on lui a parlé du bardage qu’il a proposé de rajouter de l’isolant.
      On avait quand même déjà 10cm de polyuréthane à l’intérieur.
      Résultat, des factures de granulés de bois très très lights.

Laisser un commentaire