Dix points importants à savoir avant de commencer.

Que faut-il pour se lancer dans un projet d’autoconstruction ? Dix points à savoir avant de commencer.

Avoir du temps :

L’autoconstruction est une activité très chronophage. Si vous n’avez pas de temps, abandonnez !!! Lorsque je dis ça, on pense tout de suite au temps passé avec un marteau dans les mains. Certes on y passe du temps mais ce serait oublier tout le travail de conception réalisé en amont :

  • Réaliser les plans détaillés (plans en détail de l’ossature comme celui de ma deuxième maison ci dessous).

ossature seule watermark

  • Calculer et optimiser le débit des pièces pour éviter au maximum les chutes.
  • Faire toutes les demandes de devis, toujours chez différents (3 minimum) fournisseurs pour pouvoir comparer.
  • Éplucher les publicités des GSB (grande surface de bricolage) chez qui on peut avoir parfois des prix défiant toute concurrence. Une remise de 30% sur un isolant par exemple peut très vite faire baisser le prix d’une maison de plusieurs milliers d’euros. Attention dans cette chasse aux bonnes affaires à rester sur des matériaux comparables au niveau de la qualité. Pas question de mettre du premier prix si on a un doute. L’idéal pour moi est de se cantonner aux grandes marques qui ont fait leurs preuves.

Avoir une épouse compréhensive, très compréhensive :

Si votre tendre moitié ne semble pas très réceptive quand vous lui dites que vous allez disparaître des week-end entiers pour aller planter des clous, scier des madriers, poser du placo… abandonnez !!!! Essayez de vous consoler que mieux vaut votre maison actuelle avec votre épouse qu’une splendide nouvelle maison dans laquelle vous risquez de vous sentir très seul quand votre épouse, lassée de vivre avec un fantôme, aura mis les voiles.

L’idéal est une épouse qui soit partie prenante dans le projet, qui n’hésite pas à mettre la main à la pâte (même si ce n’est pas toujours facile avec des enfants) et surtout qui vous soutienne. J’en arrive tout naturellement au point suivant.

Avoir un moral à toute épreuve :

Parce que NON, ce n’est pas amusant de voir la pluie ruiner votre nouveau plancher alors que Météo France avait annoncé du soleil. Pas amusant non plus de voir que vous avez réussi l’exploit, lorsque vous avez vissé votre plafond, de faire tomber la pointe de vis pile poil dans une gaine Icta d’alimentation de lampe qui par malchance était bloquée dans une fourrure.

Pour une première réalisation, vous n’échapperez probablement pas à ce genre de mésaventures alors si vous êtes du genre à baisser les bras devant la difficulté, abandonnez !!!

Ne comptez que sur vous même :

Quand j’ai commencé mon premier projet, j’ai commis la même erreur que beaucoup d’autoconstructeurs : imaginer qu’il allait pouvoir compter sur ses amis pour l’aider, logique quand on pense qu’on les a déjà bien dépanné pour de l’élec ou de la maçonnerie. Par expérience, partez du principe que vous êtes seul car, curieusement, quand vous aurez besoin d’un coup de main, vos amis seront soit en vacances, soit en train de pouponner, soit trop occupés, soit… Je vous épargne la liste des (mauvaises) excuses que j’ai entendu. L’avantage et que cela permet de faire un tri dans son répertoire de téléphone.

N’écoutez pas les mauvaises langues qui vous croient incapable :

Ou plutôt si, écoutez les. Leur prouver à quel point ils se trompent sera une excellente motivation pour mener votre projet à bien. Devenir autoconstructeur est un choix de vie. C’est beaucoup de sacrifices. Ne vous laissez pas arrêter par ceux qui n’ont jamais rien fait d’exceptionnel de leur vie par peur de s’engager et qui voudront vous faire payer votre audace.

Assurez vous que vous disposez d’un budget suffisant :

Le budget minimum avant de commencer doit impérativement couvrir le clos et couvert de votre future réalisation. Une construction bois est très sensible aux intempéries. Si vous n’êtes pas certains de disposer d’un budget suffisant pour couvrir votre maison, mieux vaut reporter votre budget de quelques mois plutôt que de prendre le risque de voir vos murs pourrir faute de pouvoir les couvrir.

Rassurez vous, le prix de la coque de votre maison représente moins de la moitié du budget total. Le plus gros poste de dépenses est l’isolation mais celle ci pourra être achetée une fois la coque hors d’eau (et fermée à clef pour éviter de voir votre chantier « vidé » un matin).

Soyez réalistes :

Rappelez vous, vous êtes seul ! Partir sur un projet d’habitation de 300m² avec un toit plein de pans coupés risque vite de dépasser vos capacités. Pensez que dans tout projet d’autoconstruction, on est victime d’un passage à vide. Certains pourront aller jusqu’à baisser les bras devant l’ampleur de la tâche restant à effectuer.
Si c’est votre première réalisation, fixez vous des limites et cherchez la facilité.

Utilisez du matériel de qualité :

Les outils « premier prix » ont ce seul avantage d’être très peu chers. En pratique, ils vous feront perdre beaucoup de temps, beaucoup d’argent (ma première scie circulaire achetée moins cher qu’une lame de débit sur ma machine actuelle a littéralement brûlé lors de la coupe à 45° d’un madrier) et vous lâcheront toujours le jour ou vous en avez impérativement besoin. Parfois, mieux vaut louer du matériel de qualité plutôt que de faire un travail de m…e.

J’en profite pour vivement déconseiller l’emprunt de matériel à des connaissances. C’est toujours à ce moment là que ledit matériel lâchera. Au final, vous serez obligés de racheter le matériel ou le rembourser à votre ami et vous n’aurez toujours rien à vous.
Un article est en préparation sur le matériel minimum pour se lancer.

Apprenez à déléguer certaines tâches :

Au début, on se dit « je vais tout faire seul » y compris les tranchées pour les VRD (arrivées d’eau, d’électricité et de téléphone). Après quelques mètres cubes de terre creusés à la bêche, j’ai appelé un terrassier et quand j’ai eu son devis, je m’en suis voulu d’avoir gaspillé tant de temps et d’efforts pour économiser si peu. N’oubliez pas : « Time is money ». Pour info, mon terrassier m’a demandé 60 euros pour creuser et reboucher 8 mètres de tranchée (fait en à peine 1 heure). A la main j’aurais mis au minimum 2 jours de boulot (beaucoup de pierres et de racines d’arbres) soit 16 heures. Si on calcule, à la main, cela m’aurait fait un taux horaire de 60/16= 3,75€ de l’heure. Je vous l’avait dit mieux vaut calculer !!

N’oubliez pas que vous avez une famille :

Rentrer après une longue journée de boulot et entendre son fils vous dire « c’est les vacances et tu ne passe jamais de temps avec nous » fait très mal, croyez moi. Prévoyez dès le départ de votre projet des temps de repos à consacrer à vos proches. Cela vous permettra de souffler un peu, de relativiser les soucis que vous ne manquerez pas de rencontrer sur le chantier et montrera à vos enfants que vous pensez à eux. Prendre une journée de repos pour aller faire un tour à la mer ou en promenade sera bénéfique à tout le monde.

Voilà, cet article est terminé. Si d’autres point importants vous viennent à l’esprit, n’hésitez pas à commenter.

Retrouvez bientôt mon prochain article sur l’outillage nécessaire à votre projet.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire